Les Arques à visage découvert – 2/2

Frac Occitanie Warhol sérigraphies

Suite de la visite de l’exposition « À visage découvert » aux Ateliers des Arques.

En entrant dans la première salle je découvre un autoportrait de Damien Cabanes. J’aurais aimé rester un moment en sa troublante compagnie. C’est toute la torture des visites guidées, elles m’apprennent beaucoup mais ne me laissent pas divaguer. Je me souviens de mes longues heures au Louvre où je me rendais lorsqu’un cours était éloigné du suivant. Je déambulais jusqu’à tomber sur une salle me donnant envie d’y rester. L’ampleur du lieu permettait de passer un moment tranquille avec une œuvre. Mais avant d’installer ce genre d’intimité, il faut découvrir et apprendre. Je suis donc mon guide qui suggère à mon regard de se poser sur l’autoportrait d’Anne Pesce Automne, les yeux fermés. À nouveau le trouble.

Ces deux tableaux l’un à côté de l’autre forment un duo interrogateur. La même posture de face, les bras le long du corps, le même fond neutre, doux. Yeux fermés, yeux ouverts. Regard puissant, mise à poil et presque jugement d’un côté. De l’autre, je suis laissée dehors face à une intimité intérieure impénétrable. L’un est acéré, l’autre délicat.

Sur le mur d’en face, Arroyo tient ses promesses. Je suis ravie de lui refaire un petit coucou.

La salle suivante répond à mes attentes en présentant un tableau de Djamel Tatah. Je n’avais vu son travail que dans des publications et sur mon écran. J’étais contente de rencontrer une de ses œuvres en vrai. Je ne suis pas déçue. Une couleur de fond intense, la peau blanche, les ombres bleues, mauves, un homme assis le regard au loin. Et la dimension.

La salle est petite, nous sommes presque collés à l’œuvre. Debout, l’homme peint serait bien plus grand que moi. Et avec sa présence forte, il tricote en moi une profonde sensation de solitude, presque un désœuvrement. Il installe un silence. Mon cerveau se prend dans les fils, passe sans voir deux autres œuvres dont je ne me souviens ni de la mine, ni des auteurs, avant de trébucher sur le Gallo Rojo de Robert Llimos. Une gamine, une table, un coq mort. L’enfant me prend par les yeux. Les fils se dénouent et me voilà intriguée. Je reprends en vigueur.

L’exposition est disséminée dans le village. Nous sortons.

Je repasse devant la salle où se trouvent les sérigraphies d’Andy Warhol. En ce qui me concerne elles sont frappées du syndrome de la mousse au chocolat. La première cuillère est chouette mais une fois arrivés au fond du saladier, on a à peine le temps de se dire que la première bouchée était largement suffisante et PAF ! Crise de foie.

Heureusement, les deux photos de Zanele Muholi sur le mur d’à côté me soignent instantanément de tout excès de consommation. J’avais vu un reportage sur cette photographe sud-africaine il y a un moment. Sa détermination, son énergie guerrière m’avaient marquée. Ses photos sont comme des fusils chargés arrachant une place qu’on refuse avec violence à la communauté LGBT. Je retrouve ce feu dans ces deux portraits, frontaux, sans artifice. Les modèles s’imposent et disent « nous existons ».

Je reprends la route étroite, pleine d’une joie toute bête d’avoir vécu un après-midi comme celui-là.

Re-merci le FRAC !

Une réaction au sujet de « Les Arques à visage découvert – 2/2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *